L’attitude la plus préjudiciable dans nos églises.

Pourquoi le cynisme subtil ne ressemble pas à Jésus.

J’ai souvent observé une telle attitude dans l’Eglise et pour être honnête et transparent avec vous, j’ai parfois eu cette même attitude, pensant que c’était une force.

Avoir un esprit critique n’est pas une mauvaise chose en soi surtout si les idées sont constructives. J’ai remarqué que nous aimons donner des conseils, nous aimons penser que nous sommes  meilleurs que les autres. Bien entendu nous ne l’avouerons pas, il faut rester humble ! Quoi qu’il en soit, nous pensons avoir vu tous les problèmes, n’est-ce pas ? C’est tellement facile…

Mais avec le temps, la satisfaction de nous entendre nous-mêmes parler commence à s’estomper et un sentiment de nausée s’installe à sa place. En tous cas je l’espère sincèrement car quelle que soit la qualité de la lumière que nous essayons d’apporter à nos propos, il n’en reste pas moins vrai que nous nous remplissons d’amertume.

Subtilement, sans même s’en rendre compte, on devient cynique. Et l’effet toxique commence à se faire ressentir dans notre mariage, dans nos relations et dans notre capacité à communiquer l’amour du Christ autour de nous. C’est indéniable, avec le temps cette attitude a des répercussions sur notre vie tout entière.

Nous avons tendance à considérer le cynisme comme quelque chose qui est évident. Nous aimons écouter « les cyniques déclarés » : Certains personnages de notre monde évangélique (sans les citer). Parfois ils nous exaspèrent avec leurs articles qui édifient peu, Nous nous « nourrissons » pourtant de leur amertume et citons leurs propos. Peut-être leur extrême négativité rend-elle plus facile notre tendance à justifier notre esprit trop critique.

Mais le cynisme ne se présente pas toujours dans la grande négativité que nous voyons sur les réseaux sociaux ou les émissions des chaînes YouTube. Au quotidien, cela ressemble plus à une critique rapide, injustifiée et dite « constructive ». Je ne parle pas de la pensée critique requise pour réussir en tant qu’adulte. Je parle de la façon dont nous évaluons et critiquons constamment les gens et ce qu’ils font avec des phrases  telles que celles-ci :

‘’L’adoration était super ce matin! Je ne peux pas croire que toutes ces personnes se tenaient là et ne levaient pas la main ! Certaines personnes ne prennent pas le culte aussi sérieusement que moi !’’

  »Le sermon était bon. S’il avait moins développé, ça aurait pu être mieux ! « 

« Le problème avec l’Église aujourd’hui est ___________. »

Vous pourriez développer encore…

Cela vous semble-t-il familier ?

Le cynisme subtil, ou la nature trop critique de notre culture (sans compter le côté très Français pour certains), est une toxine que Satan utilise contre l’Église. Et c’est d’autant plus dommage que souvent nous ne réalisons même pas que cela se produit.

Il est temps de changer de posture (moi le premier). Je ne suggère pas une alternative extrême à une culture de l’Église faussement positive, où tout le monde est gentil, tout le monde est parfait et magnifique, affirmant que rien n’est faux. Jésus, Paul, David et tous les écrits nous montrent que ce n’est pas biblique et que cela n’existe pas.

Mais lL User de grâce est l’un des piliers de notre Eglise (www.eglisepleinevie)

Lorsque Paul a écrit à l’Eglise de Philippes, il a abordé un flot constant de négativité. Il a supplié l’Eglise de se rassembler autour de son amour partagé pour Christ, de se sacrifier l’un pour l’autre et de «faire tout sans critiquer ou argumenter».

Rappelons-nous lorsque nous sommes tentés :

L’EGLISE EST L’EPOUSE DE CHRIST ET MÉRITE NOTRE RESPECT

Je portais fièrement ce t-shirt « I LOVE MY CHURCH » il y a quelques années.  Le porterais-je encore de la même façon aujourd’hui ? L’Église est composée de personnes brisées et imparfaites. Nous ne sommes peut-être pas en accord avec tout, mais ce qui est sûr c’est que Jésus est mort pour cette « mariée » (l’Eglise) qu’il aime par-dessus tout. Si Dieu aime l’Eglise, Si Jésus aime l’Eglise, ne devrais-je pas l’aimer et user de grâce envers elle aussi ?

REJETER TOUT CE QUI RESSEMBLE À UNE MENTALITÉ «NOUS» CONTRE «EUX»

Jésus était honnête et parlait avec confiance à ceux qui le défiaient par leur hypocrisie et leur légalisme, mais il l’a fait sans se moquer de personne. Il n’a pas envoyé de lettres ouvertes sur les portes de la ville et il n’a pas ridiculisé publiquement ceux qui l’avaient interrogé. Il les a rencontrés avec les Écritures et le contrôle de soi. Agissons avec ce même amour.

CONCENTREZ-VOUS SUR CE QUI EST BON

Dans les quatre chapitres de Philippiens, Paul demande à quinze reprises à l’Église de se réjouir. Il est intéressant de noter qu’il semble beaucoup moins préoccupé par leur négativité que par l’urgence de changer d’attitude.

Identifier les problèmes est facile. Suivre l’appel de Paul à se concentrer sur ce qui est bien, beau et admirable nécessite un travail intentionnel, et cela insuffle une nouvelle vie dans nos relations. Si Dieu peut choisir de ne plus regarder notre péché, nous pouvons choisir de ne plus nous concentrer sur les choses que nous aimerions changer chez les autres et nous nous occuperions plutôt de les aimer.

LORSQUE NOUS DEVENONS DES CYNIQUES SUBTILS, NOTRE CAPACITÉ À GRANDIR SE RALENTIT

Dévoiler des défauts chez les autres exige peu ou pas de sacrifice personnel. L’examen de la profondeur de notre propre crise nécessite vulnérabilité et risques, deux facteurs essentiels à la croissance.

La vie en Jésus implique la mort de soi-même (Marc 8: 34-35).

Marc 8.34 Puis, ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.35 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera.

Difficile à appliquer si on s’accroche à la conviction que nous en savons plus que les autres. Mais alors que nous entrons dans un espace de grâce, nos yeux s’ouvrent aux principes sur lesquels nous étions aveuglés auparavant et nous commençons à trouver dans nos cœurs les endroits que Dieu désire ardemment aborder. Si nous sommes trop occupés à discuter des façons dont tout le monde doit changer, nous ne sommes plus en mesure de voir notre propre besoin de restauration et nous sommes bloqués au lieu de grandir.

PRIE D’ABORD. PARLE PLUS TARD.

Paul commence sa lettre aux Philippiens en écrivant qu’il a remercié Dieu chaque fois qu’il y pensait. Si nous modélisons ainsi le cœur de Paul, les pensées et les mots qui suivront refléteront Jésus.

Il y a des moments où une réponse réfléchie, aimante et critique est la plus appropriée. Mais avant de nous lancer pour l’offrir, nous devrions examiner nos cœurs et considérer ce qui est le plus bénéfique, être prêt à ne rien dire si cela déchire les autres et entrave l’Évangile de Christ. Ce que nous disons est important.

Soyez Victorieux

Mikaël PENDINO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s