Le bon succès

Je lisais un passage familier des Écritures quand j’ai remarqué un petit bout de phrase qui a attiré mon attention …

Josué 1.8 Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras.

Certaines versions déclarent : « et alors vous aurez un bon succès »

S’il existe «un bon succès», alors il va de soi qu’il y a aussi d’autres sortes de «succès». Nous vivons dans une période où beaucoup sont obsédés par le succès. Nous aimons les histoires de réussite, nous sommes admiratifs en regardant comment ont réussi les plus grands.

Mais que faire si nous avons la mauvaise définition du succès ? Vivre avec la mauvaise définition du succès, c’est comme pratiquer un sport sans connaître les règles, on ne sait jamais si on est en train de gagner ou de perdre.

Est-il possible d’obtenir ce que vous voulez et de réaliser qu’en réalité vous désiriez la mauvaise chose ? En fait, il est tout à fait possible de grimper à l’échelle de la vie pour se rendre compte qu’une fois arrivé en haut, elle était appuyée sur le mauvais mur.

Il y a même une sorte de «succès» que vous pouvez obtenir,  et réaliser plus tard… que vous ne le désirez plus. C’est vide de sens, un succès égoïste qui n’apporte aucune satisfaction. Ici nous gagnons la bataille mais perdons la guerre.

Le cœur du Père désire que vous connaissiez un bon succès. Un succès qui dure, un succès qui compte, ce genre de succès qui enrichit votre vie et celle des autres.

Proverbes 10.22 C’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit, Et il ne la fait suivre d’aucun chagrin.

Quand la «bénédiction» apporte du chagrin, elle provient d’une autre source ! Car la bénédiction qui vient de Dieu n’est suivie d’aucun chagrin.

Le peuple d’Israël a connu un mauvais succès quand il a plaidé avec Dieu afin d’obtenir un roi comme les autres nations, et quand Dieu a répondu à sa prière, Saül a failli ruiner la nation. Certaines entreprises et églises ont connu un mauvais succès à cause d’une croissance rapide qui semblait être une bénédiction à l’époque, mais en fin de compte leur culture, ou leurs leaders n’ont pas pu soutenir la croissance et ils se sont effondrés. Heureusement ceci n’est pas une généralité. Comprenons avant tout que notre succès doit être basé sur Dieu et ses principes.

Jean 3.27 Jean répondit: Un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel. Autrement dit, Il n’est pas possible pour une personne de réussir – je parle de succès éternel – sans l’aide du ciel.

Ne laissez pas le succès vous mener à l’échec.

Le succès peut nous rendre fiers, le succès peut nous rendre aveugles ou paresseux, ou nous conduire à rester coincés dans nos voies. Cela peut ouvrir une porte dans nos cœurs pour la fierté et l’autosuffisance. Bien souvent nous rencontrons des personnes qui ont du succès, (pour certaines elles le méritent) le problème c’est que leur attitude change, elles ne fréquentent que les personnes qui font les mêmes choses, elles enregistrent un CD et ne te « connaissent » plus. NB : Si Jésus avait eu cette attitude beaucoup seraient restés « sur le pavé » Personnellement, je ne veux pas que le soi-disant succès me rende aveugle quant à mon besoin d’un Sauveur. J’ai tellement besoin de Jésus, chaque jour de ma vie. J’ai tellement besoin de sa grâce. Je ne veux pas non plus que le soi-disant succès m’isole des autres par mon attitude. A l’église Pleine Vie, nous proclamons : AIME DIEU et tu aimeras les gens. Dernièrement je prêchais : « AIME » car Dieu aime celui que tu n’aimes pas, il aime celui qui t’a fait du mal ainsi que celui à qui tu as fait du tort. Seigneur ! Que le succès ne nous empêche pas d’aimer les autres en nous plaçant nous-mêmes à un niveau de supériorité.

Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles » 1 Pierre 5.5

La Bible est remplie d’histoires qui devraient nous avertir. Celles-ci nous montrent avec quelle facilité le succès peut nous mener à l’échec. Comme Moïse lorsqu’il frappe présomptueusement le rocher pour donner de l’eau aux Israélites. Comme Samson, l’homme fort flirtant avec la tentation et tombant dans les bras de Dalila. Comme le roi Saül qui était si consumé par lui-même qu’il ne remarqua même pas que l’Esprit du Seigneur s’était retiré de lui. Ou Pierre qui promet de mourir pour Christ et le renie publiquement trois fois en une seule journée.

Ne vous méprenez pas, Je ne n’écris pas cela avec un esprit de jugement, mais avec une vision sobre de ma propre humanité. Au travers des écritures, je réalise à quel point j’ai besoin de garder mon cœur et de ne pas penser que je suis invulnérable, car, ces grands hommes sont comme nous, faits de chair et de sang, et je ne suis ni mieux, ni moins bien qu’eux. Gardons nos yeux sur Jésus, c’est la clef.

Le succès a ses saisons.

L’un des principaux pièges du mauvais succès est la comparaison. Il est impressionnant de constater à quel point  nous nous comparons sans cesse aux autres. J’ai souvent lutté avec la comparaison, surtout dans les saisons où il semblait que le succès était insaisissable pour ma vie.  Comme  il est facile de désirer la vie ou le succès de quelqu’un d’autre … en particulier l’image qu’il donne sur  Instagram ou facebook , image faussement  parfaite de sa vie. Comprenez bien que peu de personnes ne mettent  leurs pires moments en ligne…

Je suppose que certains pourraient regarder ma vie de cette façon. En effet la vérité est que je suis béni et je suis si reconnaissant… reconnaissant pour ma famille, mon épouse, mes enfants, ma maison, mon travail, reconnaissant pour l’aide de Dieu alors que j’ai repris mes études, alliant travail, famille et service pour l’Eglise… Mais si seulement je pouvais vous montrer les années cachées, les saisons brisées, les épreuves de la foi, les semailles en larmes. Si vous connaissiez tous les combats, les rejets, les difficultés, les peurs et mes moments les plus sombres…

Malgré tout ce que nous pouvons vivre, ne souhaitons jamais recevoir le prix de quelqu’un d’autre si nous ne sommes pas prêts à payer le prix.

Nous avons commencé à lire Josué 1: 8, rappelons-nous que notre Père céleste veut que nous expérimentions le succès avec Sa Parole comme notre fondation et notre chemin.

Laissons-lui définir pour chacun de nous ce qu’est le succès. Et évitons les pièges de la fierté, de la comparaison et de l’impatience … comme nous le croyons pour un succès vrai et durable qui compte à la lumière de l’éternité.

Soyez Victorieux

Mikaël PENDINO