5 choses que les croyants ont faites après la croix

Luc 10 : 9 Le royaume de Dieu s’est approché de vous.

Des années après la mort de Christ, nous avons tellement entendu parler de Pâques que nous pouvons penser tout connaître et tout savoir. Mais certains aspects méritent que l’on s’y attarde, en particulier certaines actions que les disciples ont faites dans les jours et semaines après la résurrection car aujourd’hui encore nous sommes proches d’eux dans nos façons de vivre et de réagir.

1- Les disciples étaient sceptiques.

Les évangiles sont clairs : Beaucoup des disciples les plus proches de Jésus étaient ouvertement sceptiques concernant la résurrection. Lorsque les femmes ont vu Jésus et qu’elles sont allées rapporter ce qu’elles avaient vu, les autres ne les croyaient pas.

Luc 24:11 Ils tinrent ces discours pour des rêveries, et ils ne crurent pas ces femmes. 12 Mais Pierre se leva, et courut au sépulcre. S’étant baissé, il ne vit que les linges qui étaient à terre; puis il s’en alla chez lui, dans l’étonnement de ce qui était arrivé.

L’évangile de Jean ajoute que l’un des disciples les plus proches de Jésus, nommé Thomas, a refusé de croire que Dieu avait ressuscité Christ. Il a insisté sur le fait qu’il devrait mettre son doigt dans les marques des clous pour croire. Certains des disciples avaient des doutes même quand ils voyaient Jésus de leurs propres yeux. Sur une montagne en Galilée, Jésus apparut à onze de ses disciples et ils l’adoraient là-bas mais selon Matthieu 28 :16 et 17 «Certains doutaient».

Matthieu 28.16 Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes.

Qu’est-ce que cela signifie pour nous aujourd’hui? Cela nous montre que nous ne sommes pas différents d’eux. Nous devons reconnaître notre scepticisme concernant l’action de Dieu dans la vie des gens autour de nous alors qu’encore aujourd’hui Dieu agit. Oui nous doutons parfois, même souvent mais il n’empêche que Dieu agit encore.

2- Ils ont rompu le pain en mémoire de Jésus.

Il semble que le « rite » de la Célébration que Jésus a légué à ses disciples a été mis en pratique très tôt, quelques jours après la Crucifixion. Marc et Luc relatent l’histoire concernant deux personnes qui ont eu une rencontre avec Jésus ressuscité près du village d’Emmaüs. Les disciples ne l’ont pas reconnu mais l’ont invité à manger avec eux. A table, Jésus prit le pain, rendit grâce et le rompit. A ce moment précis les yeux des disciples s’ouvrirent. Ils ont rapporté l’incident à toute la communauté.

Luc 24.34 et disant: Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon. 35 Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu au moment où il rompit le pain.

Il ressort clairement du Nouveau Testament que les disciples ont suivi le commandement de Jésus de « faire cela en mémoire de Moi ». Selon Actes, après la Pâque, les disciples de Jérusalem ont «brisé le pain dans leurs maisons et ont mangé ensemble avec des cœurs joyeux et sincères» (Actes 2:45). Nous pouvons chaque jour nous rappeler ce que signifient le corps brisé et le sang versé de Jésus et toutes les bénédictions dont nous sommes au bénéfice au travers de cela.

3- Ils ont creusé les Écritures.

À quelques exceptions près, les premiers disciples de Jésus étaient des juifs, imprégnés des traditions et des lois de leurs ancêtres. Il était donc naturel pour eux de rechercher leurs anciens livres ou des manuscrits saints pour trouver des explications concernant les événements qui s’étaient passés. « Actes » décrit comment les apôtres, en particulier Pierre, ont expliqué en détail la signification des passages dans la Bible hébraïque et comment ils ont expliqué la vie et la mission de Jésus. Philippe a fait de même avec l’eunuque éthiopien. Plus tard, Paul et Barnabas ont également expliqué les écritures juives dans les synagogues à Chypre et ce qui est aujourd’hui le centre de la Turquie.

Pour nous aussi aujourd’hui, il est important d’avoir cette soif de l’écriture et de nous plonger dedans afin de la connaître mais aussi d’être capables de ne pas prendre pour argent content tout ce que l’on nous dit. Nous avons le devoir de confronter ce que l’on entend à la parole de Dieu

Actes 17.11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact.

4- Ils ont pris soin des malades.

Une composante majeure de la mission de Jésus sur la terre semble avoir été de guérir. Vingt-cinq des trente-sept miracles attribués à Jésus dans le Nouveau Testament, soit 65 % sont des miracles de guérison. C’est l’une des premières choses que l’évangile de Marc met en avant, c’est que Jésus guérit. Il guérit beaucoup de gens et chassait beaucoup de démons.

Marc 1:34 Il guérit beaucoup de gens qui avaient diverses maladies; il chassa aussi beaucoup de démons, et il ne permettait pas aux démons de parler, parce qu’ils le connaissaient.

Ce que nous remarquons c’est que Jésus a ordonné à ses disciples de faire de même. Selon Matthieu, Jésus a appelé ses douze apôtres et les a instruits à guérir « toute maladie et toute affliction » (Matthieu 10:1). Dans Luc, Jésus envoie soixante-douze de ses disciples les instruisant spécifiquement pour guérir les malades qui sont là en leur disant: «Le royaume de Dieu s’est approché de toi.» –

Luc 10: 9, guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur: Le royaume de Dieu s’est approché de vous.

Le premier miracle dans les Actes des apôtres après Pâques est la guérison d’un boiteux par l’intervention de la puissance de Dieu au travers de Pierre et Jean. Tout au long du livre des Actes, Pierre et les autres disciples sont engagés dans un ministère de guérison, Pour exemple la guérison d’Enée et la résurrection de Tabitha (Actes 9: 33-40).

Actes 9.33 Il y trouva un homme nommé Énée, couché sur un lit depuis huit ans, et paralytique. 34 Pierre lui dit: Énée, Jésus Christ te guérit; lève-toi, et arrange ton lit. Et aussitôt il se leva. 35 Tous les habitants de Lydde et du Saron le virent, et ils se convertirent au Seigneur. 36 Il y avait à Joppé, parmi les disciples, une femme nommée Tabitha, ce qui signifie Dorcas: elle faisait beaucoup de bonnes œuvres et d’aumônes. 37 Elle tomba malade en ce temps-là, et mourut. Après l’avoir lavée, on la déposa dans une chambre haute… 40 Pierre fit sortir tout le monde, se mit à genoux, et pria; puis, se tournant vers le corps, il dit: Tabitha, lève-toi! Elle ouvrit les yeux, et ayant vu Pierre, elle s’assit. 41 Il lui donna la main, et la fit lever. Il appela ensuite les saints et les veuves, et la leur présenta vivante. 42 Cela fut connu de tout Joppé, et beaucoup crurent au Seigneur.

Depuis, les chrétiens ont été impliqués dans le travail de la mission « médicale » – la construction d’hôpitaux, l’établissement d’organisations médicales telles que la Croix-Rouge, l’Hôtel-Dieu qui a ouvert ses portes en 651 et fonctionne toujours aujourd’hui. Nous devons nous rappeler que les « missions médicales » ont été une partie essentielle du témoin chrétien dès le début. Prendre soin des autres fait partie de notre mission.

5- Ils ont invité d’autres personnes dans leur communauté.

Au 20ème siècle, certains savants ont affirmé que Jésus n’avait jamais eu l’intention de lancer un mouvement ou de former une communauté. Mais c’est précisément ce que contredisent les Évangiles, Jésus a demandé à ses disciples de «faire des disciples de toutes les nations» (Matthieu 28:19). Le premier défi de Jésus est pour le pêcheur galiléen, il lui demande de le suivre et dit : « je ferai de toi un pêcheur d’hommes». En effet, c’était une des métaphores de Jésus pour expliquer comment est le royaume de Dieu, « un filet de pêche ». « Le royaume des cieux est comme un filet qui a été jeté dans la mer et a rassemblé des poissons de toutes sortes ». L’un des exemples dans Actes, suite au sermon de Simon Pierre à la foule rassemblée à la Pentecôte, résultat «environ trois mille personnes ont rejoint l’Eglise avec un grand E en une seule journée.

Le sociologue américain Rodney Stark souligne que la croissance phénoménale du mouvement chrétien s’explique, au moins en partie, par l’attitude accueillante des disciples de Jésus envers des groupes méprisés par d’autres mouvements religieux comme les femmes, les esclaves, les samaritains et les étrangers. Il estime que le mouvement de Jésus a augmenté à raison d’environ 40 pour cent par décennie, d’un début d’environ 1000 suiveurs à environ 217 000 suiveurs à la fin du deuxième siècle, à 2 milliards aujourd’hui.

Il n’est pas surprenant que la croissance rapide du mouvement de Jésus soit également due en grande partie aux autres étapes que les disciples de Jésus ont prises après la Pâques: leur volonté de répondre patiemment au scepticisme de leurs critiques et de montrer que Dieu agit, de rompre le pain avec les étrangers et de se rappeler l’œuvre de la croix, de rechercher et d’approfondir les Écritures et de prendre soin des malades.

Voici comment l’Eglise grandit, voici comment encore aujourd’hui nous pouvons avoir de l’impact autour de nous. Je rajouterais que le plus important c’est que L’Esprit convainc les coeurs…

Mikael Pendino