La meilleure chose possible pour la pire personne

Le chapitre 6 de Luc est l’un de mes préférés car nous y voyons Jésus commencer à enseigner des choses qui transforment réellement les vies. Les versets 27 et 28 nous disent : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent… » En lisant cela j’ai été tenté de passer outre ces versets. En effet quand vous êtes face à quelqu’un qui vous fait du mal, Il y a quelque chose en vous qui aimerait répondre différemment. Plus loin il est dit : « faites aux hommes ce que vous voudriez qu’ils vous fassent » et non « faites aux autres ce qu’ils vous font »

Luc 6 : 32 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. 33 Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même. 34 Et si vous prêtez à ceux de qui vous espérez recevoir, quel gré vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi prêtent aux pécheurs, afin de recevoir la pareille.

Nous aimons faire plaisir, bénir et l’une des règles (si je peux m’exprimer ainsi) c’est que nous aimons donner sans rien attendre en retour. Cela pourrait changer nos relations avec les autres si nous apprenions à donner juste avec la joie de donner ! Mais si nous attendons un retour quel qu’il soit, nous vivrons toujours avec des frustrations. Lorsque vous voyez un besoin et que vous y répondez sans rien attendre en retour, soyez sûrs que vous allez voir vos relations devenir plus fortes et par la même occasion voir Dieu vous bénir. Si l’on vous rend la pareille, fantastique ! Prenez-le comme une bénédiction mais si ça n’arrive pas, ne vous arrêtez pas là !

Certains pensent peut-être : « Si tu savais tout ce que j’ai donné et je n’ai jamais rien reçu en retour ». J’ai envie de vous dire que ce n’est pas important ! Ce passage de l’écriture nous dit de faire du bien, de prêter sans rien espérer et que notre récompense sera grande. Il est écrit « car il est bon pour les ingrats et pour les méchants ». Dans quelle situation désastreuse étiez-vous lorsque vous avez rencontré Dieu ? Je suis si reconnaissant de voir que Dieu m’a trouvé malgré la personne arrogante, hypocrite, et affreuse que j’étais. Dieu m’a donné quelque chose alors qu’à ce moment-là je n’étais pas reconnaissant pour cela ! Je ne voulais pas de son don mais il a été bon pour moi malgré mon ingratitude.

Le verset 36 dit : Soyez donc miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Il commence avec : « fais aux autres ce que tu voudrais que les autres te fassent » Ici c’est une situation de personne à personne. Maintenant il dit : Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux, en résumé traite les autres comme ton père céleste te traite. A ce moment-là il nous amène au niveau du créateur ! C’est comme si Dieu nous disait : « Laisse-moi t’expliquer pourquoi il est important de bien traiter ceux qui te détestent, parce que c’est comme cela que je te traite ! »

Arrêtons-nous un instant sur cette notion qui, depuis des centaines d’années montre une image dure et rude dans l’histoire de l’Eglise. Pour résumer l’idée ; Si vous suivez les règles et les lois, Dieu va vous aimer, mais si vous ne les suivez pas alors Dieu ne vous aimera pas. Ce qui est erroné ! Ce n’est pas de cette façon que nous sommes justifiés en Christ ! Suivre les commandements, la loi, apporte la bénédiction, ne pas suivre les commandements a en effet des conséquences sur nos vies mais ce n’est pas ce qui nous rend justes devant Dieu. Seuls la foi et le don gratuit qu’est le salut nous justifient. Ce n’est pas une liste de conditions et de règles à suivre mais c’est un état de cœur que Dieu cherche ! Vous pouvez sourire et bien traiter les gens et en même temps les détester dans votre cœur mais Dieu, lui, nous demande d’aimer sincèrement ! Que notre amour soit profond et vrai, que ça vienne de l’intérieur et que cela s’exprime vers l’extérieur.

Ici Jésus parlait à des personnes dirigées par les romains, esclaves des lois et des règles romaines, elles avaient un véritable ennemi. Avez-vous un ennemi? Quelqu’un qui ne vous aime pas, qui vous critique ? La Bible nous dit que nous sommes le sel de la terre et la lumière du monde, mais aussi que nous serons détestés et rejetés. C’est votre attitude qui sera une lumière au milieu de cela.

Ensuite il dit quelque chose qui prend une importance physique : « faites du bien à ceux qui vous haïssent » cette phrase fait bouger l’enseignement de Jésus de nos cœurs vers nos mains ! Recherchez les opportunités de faire du bien envers vos ennemis. Vous ne pouvez pas simplement en parler mais il dit d’agir. Savez-vous ce que cela va engendrer? Un jour les gens qui vous détestent viendront vers vous pour trouver de l’aide quand ils en auront besoin.

Proverbes 25.21 Si ton ennemi a faim, donne-lui du pain à manger; S’il a soif, donne-lui de l’eau à boire. 22 Car ce sont des charbons ardents que tu amasses sur sa tête, Et l’Éternel te récompensera.

Cela signifie dans le langage hébreu que vous allez mettre sur leur tête des questionnements ! Pourquoi m’aides-tu ? Je suis horrible avec toi et tu es gentil, que se passe t-il ? Plus je suis méchant, plus tu es gentil, je suis complètement confus

Vous avez trois choix devant vous, premièrement : Vous pouvez aimer vos amis et détester vos ennemis (c’est la plus facile des choses à faire). Deuxièmement : Entrer dans un cercle vicieux (Tu me fais du mal et je te rends par le mal) et finalement : Nous pouvons avoir des initiatives qui transforment, on peut choisir d’être gentil, choisir d’aimer, de servir, d’aider les autres quels qu’ils soient.

Je crois que si nous voulons être une église qui change le monde alors nous devons être des personnes qui prennent des initiatives qui transforment les gens, être ce sel et cette lumière, aimer ceux qui ne nous aiment pas, faire ressortir le bon côté des personnes qui nous critiquent. Nous devons être des personnes d’amour, de paix car nous sommes les gardiens de la présence de Dieu partout où nous allons.

Tout commence à l’intérieur de nous, par un choix, ensuite ça nous conduit à des actes (traiter les autres comme Dieu le fait envers nous), puis ça nous mène dans une dimension spirituelle où nous trouvons la puissance, la prière.

Sérieusement Luc 6 n’est pas facile à vivre. Jésus ne nous a pas dit tout ceci pour nous confronter à des lois ou des commandements mais pour nous montrer qui est réellement son père, Si votre image de Dieu c’est celle d’un Dieu lointain et en colère, alors vous vous trompez, ce n’est pas Dieu. Le Psaume 103 nous décrit si bien qui est notre Dieu.

Psaume 103.8 L’Éternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté; 9 Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours; 10 Il ne nous traite pas selon nos péchés, (Amen) Il ne nous punit pas selon nos iniquités. 11 Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent; 12 Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions. 13 Comme un père a compassion de ses enfants, L’Éternel a compassion de ceux qui le craignent.

Ça c’est notre Dieu… Il nous montre quelque chose bien plus grand que nous ! Le meilleur exemple est Jésus lui-même, lors de la croix, les romains ont mis en place cette façon horrible, douloureuse de tuer quelqu’un lentement, (d’ailleurs la culture romaine dirigeait les gens par la peur et l’intimidation, et donc avant d’être mené à la croix, Jésus a été battu, frappé, son corps a été meurtri d’une manière horrible) puis la souffrance de la croix, c’était l’agonie, mais malgré cela Jésus dit : « Pardonne- leur ! » Pouvez-vous imaginer la souffrance qu’il a ressentie simplement en parlant ? Je vous dis cela parce que parfois des paroles nous font mal, mais considérez que les mots de Jésus lui ont fait physiquement terriblement mal à cause de la position de son corps sur la croix ; Il aurait eu moins mal en restant silencieux mais il devait prononcer ces mots pour nous.

Regardez au brigand, « si tu es le seigneur sauve-toi toi-même » et le deuxième lui répond : « Nous méritons d’être là mais pas lui » puis il demande à Jésus de se souvenir de lui quand il sera au paradis. Qui sait ce que cet homme a fait, sûrement des choses horribles, il était considéré comme une des pires personnes possibles mais Jésus, innocent, agonisant lui dit : « Aujourd’hui tu seras avec moi au paradis » Il lui offre le meilleur alors que cet homme est considéré comme le pire aux yeux de tous.

Je voudrais vous encourager au travers de cette simple pensée à souhaiter le meilleur pour ceux qui vous semblent les pires. Comme Christ l’a fait pour nous.

Soyez Victorieux

Mikael Pendino